Notre histoire

Une situation préoccupante de la jeunesse en Guyane

A l’origine de notre projet, un constat préoccupant : la jeunesse guyanaise est en « souffrance » et pour des raisons variées et spécifiques.

 

Carte de la GuyaneEn effet, la Guyane connaît une croissance démographique exceptionnelle avec un taux de natalité de 27,6 % (due en partie aux importants flux migratoires) et les jeunes de moins de 20 ans représentent 40 % de la population (contre 24 à 29 % dans les autres DOM).
Le dernier recensement a permis de mettre en évidence qu’environ 2 100 enfants de 6 à 16 ans n’étaient pas scolarisés, avec une situation plus alarmante à Saint-Laurent du Maroni avec plus de 1000 jeunes de moins de 20 ans inactifs.

Le décrochage scolaire, la précarité de nombreux parents, le phénomène des mules pour le transport de la drogue sont des réalités contre lesquelles il faut lutter.
Du fait des spécificités géographiques et de l’étendue du département (1/6 de la France métropolitaine, c’est le plus grand département français), de nombreux jeunes sont hébergés hors du foyer parental afin de poursuivre leur scolarité et leurs études sur le littoral. Car c’est là que se trouvent les lycées et centres de formations, mais où le nombre de places en internat manquent.

Le décrochage scolaire, l’errance, l’apparition d’addictions : pour de nombreux jeunes, cet éloignement de la cellule familiale et de la culture d’appartenance a de réels impacts sur leur avenir et leur insertion sociale et professionnelle.
Source : Livre vert sur l’expérimentation des délégués du gouvernement – avril 2017

 

Une volonté commune pour l’avenir de ces jeunes

AGAPE-Repartition Conseil d'Administration

Afin de construire cette structure porteuse de projets en faveur des jeunes en difficulté, AGAPE regroupe, de manière équilibrée, au sein de son conseil d’administration :

  • la Fondation d’Auteuil (qui en assure la présidence),
  • l’Evêché de Cayenne,
  • des personnes de la société civile guyanaise.

Il est composé de 11 membres dont 3 représentants de la Fondation d’Auteuil et 3 représentants de l’Evêque de Guyane.